Les erreurs de management à ne pas commettre

3
Partager :

Le périmètre de travail de chacun doit aussi être clair : rien de pire qu’un manager qui délègue mais gère tout de même la tâche à moitié de son côté.

« L’Orientation Solutions s’attache à accepter et à valider l’expérience vécue par les clients et les idées qu’ils se font sur leur vie, tout en s’assurant de découvrir et d’amplifier leurs possibilités de changement. Porter de l’intérêt à la vie privée de tes collaborateurs (sans te montrer intrusif pour autant) leur donne le signal que tu ne t’intéresses pas uniquement au travail fourni, mais également à la personne. A chaque pas, laisser le passé en arrière et le futur en avant, ne se concentrant que sur le présent… Se concentrer sur des petits pas, faciles à réaliser, en y mettant toute son attention, au point qu’il n’y ait presque plus de place pour autre chose (voir : 5P Kaizen).

A voir aussi : Qu'est-ce que le crowdlending ?

Le manager n’est pas un dictateur : imposer ses idées sans écouter les suggestions potentielles de chacun pour améliorer les process ou les produits risque de réduire à néant le sens de l’initiative des salariés et de faire stagner le travail de l’équipe. Pour prendre ses décisions, il peut s’avérer fort constructif de prendre l’avis de collaborateurs plus à l’aise dans certains domaines et plus au fait sur certains points spécifiques, plus techniques, par exemple. Nous co-construisons, avec nos clients, des solutions sur-mesure adaptées à leurs environnements avec pour enjeu principal de créer les conditions favorables à l’émergence du potentiel de chaque collaborateur afin de parvenir à une performance durable. Gueuler sur les gens, chercher les coupables et les pendre sur la place publique, les faire culpabiliser, les faire te craindre sans cesse, ça n’a jamais réussi, ni dans l’Histoire, ni dans le management.

S’il ne retraduit pas son cap, sa vision et ceux de la direction en objectifs concrets, il y a peu de chance que le travail de l’équipe produise comme par miracle le résultat rêvé. Le manager, s’il doit à tout prix éviter de tout contrôler et/ou d’être en permanence sur le dos de ses collaborateurs, doit toutefois être suffisamment organisé dans son travail et bien dans sa posture pour être disponible pour son équipe lorsque nécessaire :. Malgré la présence physique du dirigeant, cette attitude équivaut à une absence effective ressentie par les collaborateurs qui peuvent réagir en refusant toute autorité de sa part.

A découvrir également : Comment gérer les personnalités difficiles

Ne laisser aucune place à l’imprévu, aucun espace libre pour rencontrer un collaborateur, aucun temps pour le débat : un excellent moyen pour se retrouver rapidement coupé du réel.

7 Erreurs de management à éviter

Un bon management permet de créer une atmosphère productive et réactive, c’est pourquoi il est primordial d’assumer pleinement ses responsabilités et d’éviter les erreurs de management bien qu’il soit admis que cela puisse arriver à chacun de nous.

Si les communications par email et téléphones sont inévitables pour certaines tâches, il faut garder à l’esprit qu’il est important d’organiser des réunions tête-à-tête avec son équipe. Alors, lorsque les résultats de l’équipe sont toujours médiocres et qu’aucune amélioration n’est enregistrée au fil des mois, voire des années, cela signifie que le manager ne veille pas à l’évolution des compétences au sein de son équipe, ce qui est fort préjudiciable pour l’entreprise. Mais désorganiser sans cesse le travail de son équipe, faute de parvenir à organiser le sien, n’est pas un gage de succès, c’est le moins que l’on puisse dire. Un déjeuner par exemple, au lieu de l’avaler le plus vite possible, pourquoi de temps en temps ne pas en profiter pour le prolonger par un bon échange en marchant une demi-heure après le repas .

Même si le manager croit communiquer suffisamment avec son équipe, les conversations téléphoniques et les e-mails ne le dispensent pas des réunions en tête-à-tête avec chacun de ses collaborateurs, sans parler des réunions collectives dont le but premier est de transmettre l’information à l’ensemble de l’effectif. Problème très franco-français, se focaliser systématiquement sur ce qui ne fonctionne pas, et considérer ce qui se passe bien comme la norme peut avoir un effet dévastateur sur la motivation des troupes.

A cet effet, le dirigeant doit suivre de près ses collaborateurs, leur proposer des formations qui améliorent leurs connaissances ou augmentent leurs compétences afin de les aider à progresser.

Astuce : utiliser les bons outils de communication permet de s’assurer d’être compris et d’être réactif lorsque vous devez passer un message ou même une vision d’un objectif commun. Car, comme dans le point précédent, le risque est grand de s’isoler, voire de perdre en crédibilité lorsqu’on s’entête dans une mauvaise décision ou que l’on fait mal son travail parce qu’on refuse d’en confier une partie à quelqu’un d’autre. Pour y remédier, le manager doit très vite construire sa propre vision des objectifs à réaliser et concevoir les moyens à déployer pour y arriver dans les délais fixés.

Si vous êtes dans l’incapacité de détecter les talents de chacun des hommes et femmes sous vos ordres, il vous sera difficile d’attribuer des tâches bien précises en fonction de la compétence des membres de votre équipe.

10 erreurs de management à ne pas commettre

Lui proposer une formation ou autre pour développer ses talents, ses compétences et sa créativité ne peut être que bénéfique pour sa motivation comme pour ce qu’il a à apporter à l’entreprise. Si, selon le contexte, le pays, le type d’activité, les équipes gérées, entre autres, les difficultés ne sont pas les mêmes, il n’en demeure pas moins que certaines erreurs sont à éviter à tout prix . Qu’il s’agisse de jardiner, de peindre, de jouer d’un instrument, de marcher en silence, de courir en s’intériorisant dans le souffle, ou de méditer : de nombreuses activités permettent de se recentrer dans une seule chose à la fois. Si un seul rouage de l’équipe fonctionne de travers, il risque de mettre à mal l’ensemble de l’activité : assurez-vous donc que chacun sache ce qu’il a à faire, et qu’il ait les moyens, le temps et l’expertise pour l’accomplir. En revanche il faut éviter de déclencher par son comportement la réflexion désabusée : « Avec lui (elle), c’est faites ce que je dis, pas ce que je fais… ».

Rester dans l’échange, écouter les suggestions, favoriser la communication par des réunions collectives et des entretiens individuels réguliers sont autant d’actions qui permettront à l’entreprise de progresser, au manager de ne pas s’isoler, mais aussi et surtout de conserver intacte la motivation des salariés.

Voici les 12 pires erreurs de management

On connait le proverbe africain, selon lequel on avance plus vite tout seul, mais plus loin ensemble ; la meilleure solution consiste à associer les deux – du bas vers le haut pour la réflexion, de haut en bas pour la décision, par exemple. Changer de point de vue : après un examen honnête, que chacun peut faire pour son compte, il apparaît clairement que les problèmes ne viennent jamais des conditions extérieures et toujours de « nous-même dans les situations . De même qu’un cadre qui rompt sa promesse de venir en aide à un collaborateur qui est en difficulté sur une tâche, court le risque de perdre la confiance qu’il a acquise auprès de ceux-ci.

Les management est un métier, il s’apprend : dans des formations et sur le terrain en étant bien accompagné par un N+1 compétent et par un coach externe, payé pour vous aider à réussir vos premiers pas de leader. Mais, ce qui s’offre à voir, ce qui mérite d’être considéré, n’est pas forcément à résoudre, donc un « problème » au sens habituel de difficulté, de challenge à vaincre .

Les entretiens particuliers permettent au manager de faire le point avec chaque collaborateur sur les progrès réalisés et ceux qui restent à faire, tout en maintenant le contact humain, si précieux en entreprise.

Etre un bon manager : 5 erreurs à ne pas commettre

Je connais des managers qui planifient des réunions moins nombreuses et plus courtes pour éviter de faire perdre trop de temps à plein de gens en même temps et qui, par ailleurs, se donnent toujours un quart d’heure de plus pour leurs entretiens qualitatifs, afin de ne pas être pressés quand le jeu en vaut la chandelle. Une équipe auto-organisée aura tendance à se créer une bulle de protection, des méthodes de travail qui lui sont propres et auxquelles les autres devront se plier, au mépris total des processus d’entreprise déjà en place et du travail des autres.

Et il y a d’autres erreurs de management, que vous ne pourrez pas ne pas commettre, parce qu’elles font partie de la culture et qu’il faut tout un travail sur soi pour s’en émanciper. Obsédé par la réalisation des objectifs fixés, le manager tombe souvent dans des pièges qui lui font commettre des erreurs d’appréciation ou de décision qu’il est, pourtant, tout à fait possible d’éviter. Clair en amont sur les enjeux et l’objectif, le manager doit aussi clarifier le rôle et les responsabilités des uns et des autres, et s’assurer que chacun a compris sa place ainsi que celle du reste de l’équipe.

Mais si un sujet est à la mode, que ce soit en interne ou dans l’environnement (en ce moment : RGPD, prélèvement à la source, ou… Coupe du monde de football), est-ce qu’il vous concerne nécessairement pour autant .

Les 11 erreurs de manager qui cassent leur leadership

“Il aurait fallu expliquer cette décision, sans forcément dévoiler ce qui relevait d’une stratégie confidentielle”, estime Grégory Drivet, coach spécialisé dans le développement personnel chez Uniqpeople.

Ne pas donner de feedback à ses collaborateurs est une erreur : comment peuvent-ils évoluer et s’améliorer si tu ne leur donnes aucun retour sur le travail fourni, le savoir-être et le savoir-faire . Il suffit de ne pas écouter vos collaborateurs, de leur fixer des objectifs irréalistes ou de leur parler de votre dernier job en permanence en soulignant à quel point vos anciens collègues étaient plus performants qu’eux. A partir de votre expérience, quels sont les mauvaises expériences que vous avez pu rencontrer au cours de votre expérience de management et que vous considérez comme une erreur à ne surtout pas reproduire . Moi ce qui me donne de « l’urticaire » ce sont ces séries des « conseils » (vous c’est 12, ailleurs on peut trouver les 8, 11, 32, 6 commandements pour bien faire ceci ou cela& 8230;) qui ne sont pas réfléchis ni étayés. Eviter de leur imposer une pression continuelle, en fixant des objectifs réalisables, à court et moyen terme, et de leur transmettre son propre stress permet aux membres de l’équipe de trouver leurs repères et d’adopter le rythme de travail adéquat. Management : erreurs à éviter Voir la fiche dans la boutique .

Des t& 226;ches réalisées systématiquement en retard, des collaborateurs qui ne parlent d’un problème qu’à la dernière minute amenant au final le supérieur à prendre en charge lui-même le travail, ou des objectifs non atteints doivent alerter le manager sur son organisation. C’est un conditionnement culturel, la plupart des managers n’ont pas le choix, ils ont été entraînés à créer de la valeur dans l’acte de « trouver l’erreur », en corrigeant les écarts par rapport aux objectifs, en résolvant des problèmes. Toutes ces erreurs pourtant assez classiques nuisent à votre crédibilité en tant que manager, à la confiance de vos équipes en vous et génère agacement, éventuellement mépris des équipes, sans favoriser leur engagement à vos côtés.

” Alors que ce rendez-vous est souvent attendu avec impatience, le prendre à la légère risque en outre d’être perçu par vos collaborateurs comme un manque de reconnaissance, voire comme un signe de mépris.

En revanche, prétendre la perfection et l’exiger de son équipe ne peut que nuire au travail collectif, à la performance individuelle, à la motivation des troupes et enfin, à la crédibilité du manager.

Manager : 15 erreurs à ne pas commettre

Du moment que le travail est fait, le manager n’intervient pas et ne cherche pas à connaître les difficultés que rencontrent ses collaborateurs et encore moins, à les surmonter.

Petit récapitulatif du parfait mauvais manager : oublier les erreurs ; considérer le personnel comme des robots (ou des copains) ; être inaccessible ; ne pas écouter mais parler ; ne jamais avoir tort, ne pas faire d’erreur. Concernant le mot processus qui me donne de l’urticaire, je me suis peut-être mal exprimé : je n’ai rien contre le mot en lui-même, mais contre ce qu’il sous-entend en général dans l’entrperise, à savoir il existe des processus, ils ne sont pas au top, font perdre du temps à tout le monde et ne conviennent à personne, mais il faut les respecter parce que c’est comme ça.

  • erreurs commettre manager
  • management erreurs commettre
  • commettre reseaux sociaux
  • reseaux sociaux community
  • sociaux community management
  • erreurs commettre reseaux
  • equipe travail manager
  • commentaire annuler reponse
  • erreurs management manager
  • reunions regulieres equipe
  • deleguer confiance equipe
  • apprendre deleguer confiance
  • competition malsaine communication
  • gestion manager travail
  • communication reseaux sociaux
  • disponibilite equipe manager

Ce travers est souvent la résultante du précédent, mais peut aussi provenir d’un changement (stratégique, tactique, conjoncturel) survenu entre la promesse et sa réalisation.

Pour tirer le meilleur de leurs collaborateurs, les managers doivent agir avec doigté et éviter certains propos et attitudes qui peuvent causer bien des dégâts. On peut expliquer à l’un de ses collaborateurs qu’il n’a pas atteint ses objectifs, qu’il a fait du mauvais job, qu’il doit se ressaisir et qu’il n’aura pas d’augmentation cette année, même si ce n’est pas du tout agréable, ni pour le manager, ni pour le collaborateur.

7 Erreurs de management à éviter

En tant que manager, apporte de la souplesse dans les processus, laisse un peu plus de flexibilité à tes équipes pour réaliser leur travail, donne leur la possibilité d’exprimer ce qui marche et ne fonctionne pas dans le processus. Nos serveurs informatiques manquaient de puissance, notre réseau de restaurants n’était pas assez étoffé et, obnubilés par la technique, nous avions négligé de monter une solide équipe commerciale, indispensable pour accompagner un client dans toute la France. En revanche, responsabiliser un individu pour assurer l’interim pendant l’ absence d’un collaborateurs est non seulement plus réaliste, mais aussi potentiellement plus motivant pour tout le monde et plus formateur : apprentissage, complicité, polyvalence, meilleure compréhension des autres postes et perception des enjeux globaux. Cette approche tente d’introduire de la souplesse dans les théories et les méthodes, et aussi des alternatives aux idées limitantes et auto-dévalorisantes que les clients ont d’eux-mêmes ou de leur situation » . Faute d’obtenir un financement de son entreprise, Pierre a contracté un emprunt bancaire pour suivre ce cursus, puis, ne se sentant ni lié à sa société ni soutenu par son chef, il a accepté le premier job qu’on lui a proposé, au cours de sa formation. “Il est toujours préférable d’encourager un salarié à progresser, à charge pour le manager de trouver un poste en interne correspondant à ses nouvelles compétences”, note Fabrice Coudray, directeur chez Robert Half France. Voici ce que nous en déduisons pour un management puissant et impertinent (dans le sens où il aide les collaborateurs à sortir de leur champs habituel de pertinence, qui justement crée parfois les problèmes auxquels ils sont confrontés& 8230;) & 8211; voir à ce sujet : filtre mental. Responsabiliser ses collaborateurs en leur accordant des tâches précises et en leur fixant des objectifs réalisables est le meilleur moyen pour lutter contre ce phénomène de « délégation inversée » qui revient à tout mettre sur le dos du manager, censé travailler en équipe avec ses collaborateurs.

Partager :
Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!