5 conseils pour un management réussi dans une équipe interculturelle

90
Partager :

Dans le milieu professionnel, avoir une équipe multiculturelle est de plus en plus fréquent. Cette diversité culturelle dans une entreprise présente des avantages, mais elle s’accompagne aussi de quelques désaccords et incompréhensions. Face à une équipe interculturelle, le manager doit adapter sa politique. Découvrons ensemble le management d’une équipe interculturelle et quelques conseils pour bien la manager.

Les particularités du management interculturel

Une équipe est dite « interculturelle » ou « multiculturelle » quand ses membres n’ont pas la même culture, la même origine géographique, la même langue maternelle et/ou la même religion. Ces différences font que chaque membre de l’équipe n’aura pas forcément le même mode de communication, les mêmes valeurs, les mêmes attitudes et comportements.

A découvrir également : Quand et comment solliciter l'expertise d'un intégrateur EBP

Le management interculturel s’impose alors au sein d’une équipe interculturelle. Ce mode de management demande une analyse plus poussée et des stratégies et actions adaptés pour mieux gérer les différences de chaque membre de l’équipe. Un management interculturel réussi repose en grande partie sur une bonne communication. Voici donc quelques conseils pour maximiser ces chances de réussite dans le management interculturel.

Faire preuve d’intelligence émotionnelle

Si vous voulez être un bon manager d’une équipe interculturelle, vous n’avez pas mille et un choix : vous devez faire preuve et développer plus votre intelligence émotionnelle. Pour ce faire, vous pouvez faire appel à un consultant pour manager comme Marc Prager. Ceci va vous permettre d’être plus tolérant envers vous-même et d’avoir une certaine ouverture d’esprit. Il sera ainsi plus facile pour vous de créer un sentiment d’appartenance pour optimiser les résultats dans l’entreprise. Les collaborateurs se sentiront plus inclus et seront moins enclins à quitter l’entreprise suite à un petit problème.

Lire également : Travailler dans un espace de coworking : les avantages

Considérer les différences culturelles

Dans le management interculturel, on bannit le concept du « culture blindness » ou de la « culture aveugle ». Le principe de ce dernier est d’ignorer les différences entre les individus et c’est ce qu’il faut éviter au maximum dans le management interculturel. Dans ce cadre, il serait judicieux d’adopter le management empathique. Le manager d’une équipe interculturelle doit se préoccuper du bien-être de ses collaborateurs. Il peut également adopter un management « au cas par cas » pour considérer et valoriser chaque membre de l’équipe. Ces deux types de management faciliteront davantage les échanges.

Favoriser la cohésion d’équipe

Au sein d’une équipe interculturelle, on doit instaurer une bonne cohésion d’équipe. Les différences ne doivent aucunement constituer une barrière à la bonne entente entre les membres d’équipe. Pour le management d’une équipe interculturelle, il ne suffit pas de mettre en place des objectifs communs, mais pensez à planifier des événements pour créer un lien social. Vous pouvez par exemple organiser des team buildings, des soirées d’entreprises et/ou des activités en groupe.

Bien communiquer

Dans une équipe interculturelle, le mode de communication ne sera pas le même de par la langue, mais aussi de par les comportements de chaque membre. Ainsi, le manager doit s’adapter en fonction de ceux-ci et faire preuve de plus d’attention et d’empathie. Même si vous ne maîtrisez pas parfaitement la langue natale de votre collaborateur, faites de votre mieux pour bien expliquer les missions et les objectifs à atteindre. L’idéal serait d’avoir une même langue de communication et de traduire les documents dans différentes langues.

S’ouvrir aux différences culturelles

Pour bien gérer votre équipe interculturelle, prenez le temps de vous informer sur la culture de membres. Vous éviterez ainsi les divergences fondées sur les incompréhensions. C’est bien là que vous pourrez aussi lutter contre les stéréotypes et les faire comprendre aux autres membres de l’équipe. En effet, tous les Allemands ne sont pas stricts, tous les Japonais ne sont pas maniaques de la minutie et tous les Français ne sont pas des retardataires.

Partager :