La réalité virtuelle : investissement rentable à long terme 

658
Partager :

La chasse aux risques professionnels est une pratique cruciale pour assurer la sécurité et la santé des travailleurs au sein de leur environnement de travail. L’institut national de recherche et de Sécurité INRS se positionne comme un acteur incontournable et très engagé dans la prévention des accidents du travail, l’amélioration des conditions de travail et la réduction des risques professionnels. La Santé et la Sécurité au Travail SST sont un domaine complexe, qui nécessite la prise en compte de nombreux facteurs tels que la sécurité des équipements et des postes de travail, les maladies professionnelles, les accidents du travail, les risques psychosociaux, les risques liés aux produitschimiques et bien d’autres encore. En cliquant sur cette url, vous trouverez comment la réalité virtuelle vous assiste au sein de votre entreprise dans les différents ateliers sur le risque.

Les mesures de prévention par l’INRS

La prévention des risques professionnels passe avant tout par l’évaluation des risques et la mise en place de mesures de prévention appropriées. L’INRS propose une démarche de prévention en sept étapes, qui permet d’identifier, d’évaluer et de prévenir les risques professionnels dans les entreprises. Cette démarche consiste à :

Lire également : Ce qu’il faut savoir sur le logiciel de comptabilité

  • identifier les risques ;
  • évaluer leur gravité et leur probabilité d’occurrence ;
  • déterminer les mesures de prévention adaptées ;
  • mettre en place des actions de prévention ;
  • suivre et évaluer leur efficacité ;
  • réviser éventuellement les mesures de prévention mises en place ;
  • et enfin à informer et former les salariés.

L’INRS propose également de nombreux outils d’évaluation des risques professionnels, tels que :

  • le Document Unique d’Évaluation des Risques ;
  • les fiches de prévention ;
  • les inventaires de risques ;
  • les plans d’actions de prévention, etc.

Ces outils permettent aux entreprises de mettre en place une véritable politique de prévention des risques, en conformité avec les exigences réglementaires du Code du Travail. Les risques d’accidents du travail et les maladies professionnelles peuvent avoir de graves conséquences sur la santé physique et mentale des travailleurs, mais également sur la pérennité des entreprises. En effet, les accidents du travail et les maladies professionnelles représentent des coûts directs et indirects très élevés pour les entreprises, notamment en termes de frais médicaux, d’indemnités, de pertes de produits ou de matériels, etc. La chasse aux risques professionnels nécessite donc une forte implication des acteurs de la prévention, tels que les chefs d’entreprise, les CHSCT, les professionnels de la santé et de la sécurité au travail, etc. La mise en place d’une véritable culture de la prévention au sein des entreprises est une nécessité absolue pour prévenir les risques professionnels, améliorer les conditions de travail et protéger la santé et la sécurité des travailleurs. Ainsi, grâce à la réalité virtuelle, ses méthodes et outils de prévention pourront aider les entreprises à évaluer et prévenir les risques professionnels. Et, en conséquence, d’améliorer leur performance économique et sociale dès lors la formation de l’employé. La maîtrise des risques professionnels constitue un enjeu essentiel pour l’avenir des entreprises et de leurs salariés.

A découvrir également : CARSAT : missions, services et contact pour vos démarches retraite

Les avantages de l’utilisation des technologies immersives sur le lieu de travail

Réduction des risques

Dans les environnements de RV et de RA, les utilisateurs peuvent participer à différents types d’expériences de simulation et commettre des erreurs sans conséquence dans le monde réel. Lorsque les risques professionnels sont minimisés ou éliminés, ils mettent en pratique leurs compétences dans l’environnement virtuel et accroître leur confiance dans l’exécution de la tâche, pour qu’elle puisse ensuite être effectuée dans le monde réel. Cela pourrait particulièrement s’avérer utile pour la gestion des risques, résoudre des problèmes ou mettre en œuvre de nouvelles solutions. Ainsi, les travailleurs peuvent tester des processus possibles sans risquer de subir des conséquences négatives si l’expérience n’aboutit pas aux résultats souhaités. De même, cela peut également aider à repérer les dangers et à l’identification des risques liés à l’hygiène et sécurité au travail, permettant de mettre en place une prévention dans le monde réel afin d’améliorer la qualité de vie au travail.

Période de formation

Depuis longtemps, de nombreux chercheurs savent que l’apprentissage par la pratique augmente la rétention des connaissances, cela est démontré dans des études telles que les expériences réalisées sur le recours à la RV dans le cadre de la formation en matière de neuroanatomie. Selon cette étude, il se pourrait que l’intégration de la réalité interactive ait significativement contribué à améliorer l’acquisition et la rétention des connaissances et à réduire le temps nécessaire à la maîtrise, tout en augmentant la motivation. Lorsque ces types de plans de formation sont mis en œuvre de façon efficace, cela peut engendrer d’énormes gains de temps et des réductions de coûts pour l’entreprise et une amélioration des conditions de travail. Le fait de pouvoir maîtriser leur poste avant de mettre en pratique dans la vie réelle, les employées réduisent les risques d’accidents du travail. De plus, avec l’utilisation de RV, ils ont l’opportunité de tester l’organisation du travail et leur poste de travail.

Économies de coûts

Les coûts liés à la mise en place et à l’entretien d’environnements de simulation de formation sur le lieu de travail sont certes considérables, mais ils le sont aussi concernant le recrutement du formateur, les équipements et les installations destinés à la formation sur le terrain. Néanmoins, la réduction la plus importante des coûts provient de la diminution du temps passé par les employés à se former, à s’entraîner et à commettre des erreurs lie à l’activité. À cela, s’ajoute le coût des travailleurs secondaires participant à la formation, tels que les superviseurs de collègues. Grâce à la réalité virtuelle, ces travailleurs n’auraient plus besoin d’être retirés de leur rôle principal pour suivre les apprentis pendant qu’ils maîtrisent une compétence. Ils pourraient continuer à travailler sur leurs tâches principales et à apporter leur soutien en cas de besoin.

Mise en contexte

L’apprentissage contextuel privilégie l’ensemble du processus d’implication de l’individu dans ce qu’il apprend et la mesure dans laquelle il établit un lien avec des situations de la vie réelle et l’applique à sa propre vie. Une telle méthode d’apprentissage implique une approche autonome, laissant les employés construire des connaissances dans leur propre esprit plutôt que de se contenter de mémoriser des instructions ou des faits. Lors de l’apprentissage, le cerveau cherche une signification dans le contexte de son monde et de ses expériences antérieures. Toute nouvelle information est absorbée d’une manière qui a du sens pour l’individu et sa perception unique à ce moment-là. Dans cette optique, il est logique d’utiliser la technologie immersive pour l’apprentissage, car l’expérience simulée s’aligne étroitement sur le contexte réel de son application. En outre, l’apprentissage contextuel permet de transférer plus facilement les nouvelles connaissances et compétences lorsque le rappel de la mémoire est étroitement associé à l’environnement.

Mémorisation

La plupart des personnes ne se souviennent pas beaucoup d’une chose qu’ils ont lue ou entendue, même s’ils en ont fait l’expérience. Cette immersion dans la formation est profitable et l’opportunité de voir plusieurs cadres de référence permet de mieux comprendre le fonctionnement des choses. Le contact avec les objets, leur déplacement, leur démontage et le contrôle des systèmes permettent au bénéficiaire d’acquérir une expérience de première main et de se former des connaissances qui n’ont rien à envier à l’activité en situation réelle. Dans un environnement de RV, la vivacité avec laquelle l’interaction est communiquée, y compris les représentations visuelles, renforce les réponses cognitives.

Partager :