Capital social d’une entreprise : tout comprendre

4
Partager :

Le capital social est le montant de départ qui accompagne les actionnaires lors des premiers pas de l’entreprise. La somme investie peut varier en fonction des contrats et accords trouvés entre les différents acteurs. En outre, elle peut augmenter ou diminuer au fil des ans. Si vous souhaitez comprendre son fonctionnement alors suivez cet article.

Définition du capital social d’entreprise

Selon la définition générique et classique, le capital social est la somme de tous les types d’apports des actionnaires et des associés au niveau de l’entreprise.  En échange, ceux-ci obtiennent des droits sociaux lors de la création de cette dernière ou au moment de l’augmentation du capital.

A lire également : Pourquoi louer un véhicule utilitaire avec chauffeur ?

Utilité

Le capital social peut être bénéfique sur plusieurs plans. Lorsque vous débutez votre activité ou entreprise, vous aurez besoin d’une somme assez conséquente. Celle-ci vous permettra de faire face aux achats des différents matériels nécessaires à la bonne marche de la société. Le prix des marchandises dépend bien sûr de la taille de l’entreprise.

Toutefois, il arrive parfois que vous ayez du mal à répondre à tous ces besoins avec vos propres moyens. C’est là qu’intervient le capital social investi qui pourra constituer un fond de départ pour débuter. Ainsi, il est fortement recommandé aux nouveaux entrepreneurs de s’assurer un capital initial assez important. Le but est d’éviter les imprévus dus au manque de ressources financières qui peuvent retarder la croissance de l’entreprise.

A découvrir également : Pourquoi organiser des événements pour votre entreprise ?

capital social

Le capital social est un moyen sûr qui vous permet d’obtenir la confiance ainsi que le respect de vos futurs collaborateurs. Ainsi, en cas de problème ou de contre temps, vous pourrez compter sur vos créanciers. Ces derniers, lorsque l’entreprise aura des dettes, pourront mettre en gage les outillages et matières premières afin de remédier à ce problème. Cependant, pour les sociétés à risques limités, seuls leurs biens publics sont pris en compte en cas de difficultés. Contrairement à ceux à risques illimités qui comprennent souvent les biens personnels des actionnaires.

Les différents composants du capital social d’entreprise

Le capital social est constitué de différents éléments. On peut citer les apports en numéraire. Ces actions désignent la contribution d’un associé à travers le versement d’une certaine somme d’argent. En versant cette somme, ce dernier achète des parts de l’entreprise. Ce qui réduit donc les risques de faillite. Les bénéfices sont ensuite divisés puis répartis entre les différents actionnaires.

Il a aussi les apports de nature qui sont un ensemble de biens matériels fournis par un investisseur.  Celui-ci, aura en contrepartie une part dans l’entreprise. Ces biens ne sont pas une somme d’argent mais plutôt des matériels dont aura besoin l’entreprise. Il peut s’agir de voitures, d’ordinateurs, de terrains, etc.

Dans un capital social il existe aussi des règles de libération du capital. En effet, ce capital souscrit peut ne peut pas être totalement libéré au niveau des apports de nature. Ainsi, les apports en numéraire pour les sociétés à rapport limité équivalent à 20%. Pour les sociétés à rapport illimité, les apports en numéraires sont au maximum de 50%.

Vous l’aurez compris, le capital social est indispensable pour accompagner le lancement d’une entreprise. Il peut se présenter sous une forme financière ou matérielle, en fonction des investisseurs.

Partager :